MACULÊLÊ (Bahia)

Les esclaves africains du reconcavo Baiano, plus précisément de Santo Amaro da purificaçao, ont créé cet acte populaire dans les plantations de canne de sucre.
Danse et musique traditionnelles, La musique s’est s’inspiré du candomblé une religion afro-Brésilienne.
Les guerriers Macua pour se défendre utilisaient un « lêlê », bâton en bois en dialecte africain.
Actuellement le maculêlê est dansé par les capoeiristes, chacun avec un bâton à la main, ou même un grand couteau!
Avec une chorégraphie libre, l’essentiel est de taper sur le bâton de son partenaire au 4 ème temps !
Instruments utilisés: Caxixi, agogo et atabaques.

Nous utilisons des pas de bases et figures du maculêlê que nous mélangeons à des mouvements de danse afro brésiliennes pour aboutir à des chorégraphies d’ensembles rythmées au son des bâtons.